« C’est ainsi », accepter un événement traumatique

« C’est ainsi », accepter un événement traumatique

Le traumatisme fait référence à une rupture brutale et douloureuse dans la vie d’une personne, un événement qui choque profondément. La principale difficulté est de pouvoir se reconnaître et reconnaître notre situation en tant que victime que cela soit d’un cambriolage, d’une agression, d’un accident, d’une guerre ou tout autre type de conflit personnel ou non.

Traumatisme cambriolage
Traumatisme, dépression et cambriolage

Tout le monde ne le vit pas de la même manière, et c’est pour cela qu’un accompagnement est nécessaire. Et plus encore, plusieurs choix dans le type d’accompagnement sont possibles et il s’agit de les connaître. Il y a plusieurs manières de se faire accompagner, la meilleure reste toutefois de contacter un psychologue ou quelqu’un qui prêtera une oreille attentive pour donner des conseils, et trouver avec vous la solution la plus adaptée à votre personne.

L’accompagnement :

Cela peut être un accompagnement vous conseillant une ouverture pour comprendre, un peu comme le propose l’approche de la résilience. Il y a déjà eu un article sur ce blog sur le concept de résilience que propose d’analyser Boris Cyrulnik. La résilience c’est la capacité des individus à reprendre le dessus et à vivre malgré le traumatisme. Ceci est expliqué dans le livre La résilience ou comment renaître de sa souffrance.

       

La résilience est comprise comme un processus d’acceptation dynamique, qui se forme au fur et à mesure des rencontres des individus, des symptômes psychologiques, de l’environnement et de leurs caractères. Mais pour y accéder il faut reconnaître le traumatisme, ce qui est évident à constater, mais moins évident à accepter. L’une des voies pour l’accepter c’est se dire que le monde est ainsi. Ce qui est facile à dire, moins à appliquer. Pour le comprendre il s’agit de comprendre qu’un cambriolage, ou tout autre type de traumatisme est un état dit de transition. En psychologie c’est la même phénomène que le deuil. C’est faire le deuil d’une situation passée pour pouvoir retrouver une autre situation.

Christophe Fauré, psychologue et psychothérapeute, ne parle pas du cambriolage en tant que tel mais parle des traumatismes et des accompagnements qui suivent un deuil, la maladie d’un proche ou encore une rupture amoureuse. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages Vivre le deuil au jour le jour, Vivre ensemble la maladie d’un proche qui évoque bien plus que simplement la situation de l’accompagnant d’une maladie en évoquant ce qu’est l’accompagnement d’une personne et comment vivre en tant qu’accompagnant puisqu’il ne faut pas oublié qu’accompagner quelqu’un c’est aussi en souffrir, ou encore Maintenant ou jamais !.

Accompagnement sur les marchés

Il ne thématise pas explicitement le « C’est ainsi » dans ses ouvrages, mais en tant que professionnel et auteur il est invité à des séminaires ou conférences qui traitent de l’accompagnement. Notamment à propos du deuil, tout en expliquant que le deuil n’est pas que la perte d’un proche mais aussi d’une situation. Il est aussi intervenant dans des centre de méditation, et propose une approche méditative du traumatisme. A certains moments, il évoque ses expériences en tant que professionnel. Il reprend le cas d’une personne qui avait subit un choc, l’accident de voiture d’un de ses proches qui en venant le voir ne faisait qu’une chose : s’asseoir sur la chaise et répéter « C’est ainsi » plusieurs fois.

Responsabilité, victimologie et cambriolage

Il s’agit de penser que nous ne sommes pas responsable de tout ce qui nous arrive. Si on subit un cambriolage, un traumatisme, ce n’est pas de notre faute, le monde est comme ça, ce n’est pas normal mais c’est comme ça. Le but n’est pas de relativiser mais de se rendre compte que des choses ne sont pas évitables. On se fait cambrioler, on subit une agression, ce n’est pas notre faute, c’est l’état du monde. « C’est ainsi ». A force de se répéter « C’est ainsi », le patient de M. Fauré a réussit à accepter le fait qu’il ne pouvait rien faire et qu’il n’en était pas responsable. Cela ne permet pas de guérir d’un traumatisme ou d’en atténuer les symptômes, mais c’est la première étape pour l’accepter.

Peut-être pour évoluer vers la résilience, peut-être pour évoluer vers une autre forme d’accompagnement comme la médiation qui n’est pas que la résolution du stress et qui, contrairement à ce que l’on pense, n’est pas forcément lié à une pratique religieuse comme le bouddhiste. Des non religieux peuvent méditer, c’est un recentrement sur soi, ses capacités et ce que l’on est capable d’accepter ou non.

Trois disciplines pour une meilleure maitrise de soi-même

Conclusion :

Il ne s’agit pas de proposer la méditation pour tous, non plus de proposer de relativiser la situation traumatique. En fait, il s’agit de se rendre compte qu’il y a beaucoup de types d’accompagnements et qu’il ne faut pas hésité à en parler et à rencontrer des personnes capables de nous accompagner dans ce type d’épreuve. Il y a les lectures autour de la résilience, il y a des lectures autour du deuil et de l’acceptation, il y a bien entendu l’accompagnement psychologique mais il y a aussi des voies philosophiques qui permettent de remettre en question notre rapport à nous-même, notre rapport à autrui et notre rapport au monde et aux événements injustes du monde. Ce sont différents moyens à votre disposition pour comprendre, évoluer et vivre avec le traumatisme.

Où en sommes-nous ? Comment je vivais ? Comment je vis ? Quel rapport j’ai avec l’autre ? Comment est le monde ? Comment les choses du monde peuvent me perturber et comment vivre avec ? Ceci est résumé et expliqué par le philosophe Pierre Hadot dans Exercices spirituels et philosophie antique. Il ne s’agit pas d’un livre de jargons, c’est un livre qui tente de faire comprendre les pensées et concepts de vie des philosophes antiques que l’on aime utiliser comme Socrate, Epicure, Sénèque ou Marc-Aurèle.

Autres articles :

Qu’est-ce que la résilience ?

Traumatisme et stress post-cambriolage

Réaction personnelle à la suite d’un cambriolage

Laisser un commentaire