Comment mettre de la lumière chez soi quand on est absent ?

Comment mettre de la lumière chez soi quand on est absent ?

Pouvoir contrôler chez soi les appareils connectés, en tout lieu, tout temps ou toute circonstances n’est plus un luxe. En fait, cette pratique est devenue tellement simple qu’il existe différents moyens pour réaliser cette action.

controler lumiere smartphone

Historiquement, l’un des premiers appareils connectés à contrôler lorsque l’on n’est pas chez soi était les caméras de surveillance. Connectées en Wi-Fi ou en filaire, il était (et c’est toujours le cas) possible de voir ce qui se passe depuis un smartphone. Or dans une dynamique à la fois de confort et de sécurité, il peut être judicieux de contrôler l’éclairage de son domicile lorsque l’on n’y est pas. Cela permet notamment de pouvoir donner l’illusion d’une présence chez soi.

Comment mettre la lumière chez soi lorsque l’on n’y est pas ?

Pour activer ou désactiver les lumières chez soi depuis un smartphone, plusieurs options sont possibles. Parmi elles, on peut retrouver l’activation manuelle, aléatoire ou programmée.

domotique smartphone

Allumer les lumière manuellement

Allumer, contrôler et jouer avec les lumières n’est pas difficile du tout. Pour cela, l’un des pré-requis est d’avoir une connexion Internet chez soi. De même, il faut que les systèmes d’éclairage soient aussi connectés. Parmi ces systèmes, il existe :

Les ampoules connectées

Elles sont les plus connues et les plus populaires. L’une des marques de référence dans ce domaine est le système d’éclairage Philips Hue. Pour que les ampoules connectées Philips Hue puissent fonctionner, elles ont besoin d’un pont de connexion. Avec ce système perfectionné, les ampoules se connectent facilement au pont de connexion. Elles peuvent être installées en intérieur comme en extérieur. Dans tous les cas, pour en lire davantage sur les systèmes Philips Hue, c’est par ici.

Bien sur, il existe des produits moins chers que Philips. Certains d’ailleurs n’ont pas besoin de pont de connexion, comme les ampoules connectées TP-Link ou Yeelight. Dans tous les cas, qu’importe la marque, ces ampoules se configurent et se pilotent depuis une application smartphone.

Les supports d’ampoules connectés

Pour une raison ou pour une autre, vous pouvez ne pas avoir ou vouloir d’ampoule connectée. Alors comment rendre une ampoule connectée si elle ne l’est pas nativement ? La solution est simple : il suffit de passer par un embout d’ampoule connecté. Cette douille connectée va donc rendre n’importe quelle ampoule avec un culot E27 connectée. Simple, facile et ergonomique. Que demander de plus ?

Les interrupteurs connectés

Dernières nouveautés en date, donc récents, les interrupteurs connectés sont une révolution de tout système d’éclairage mural ou au plafond. Ces produits fonctionnent de manière similaire à un interrupteur va-et-vient pour allumer et éteindre vos ampoules.

Mais l’avantage principal de ces nouveaux interrupteurs connectés, c’est qu’ils sont non seulement contrôlables manuellement, mais aussi depuis un smartphone. Enfin, certains de ces interrupteurs connectés peuvent également contrôler le niveau de luminosité des ampoules. Ils sont donc compatibles variateur. Attention tout de même : pour un interrupteur connecté, il faut avoir quelques bases en électricité.

Dans tous les cas, que l’on passe soit par une ampoule, une douille ou un interrupteur connectés, tous ces produits seront donc tributaire d’une connexion Wi-Fi. Ils seront ainsi pilotables depuis un smartphone. Cela permet de pouvoir gagner en confort de chez soi, et en sécurité. C’est d’ailleurs là que l’on va pouvoir notamment donner l’illusion d’une présence chez soi. L’idée ici est de proposer une forme de simulateur de présence.

La programmation des lumières chez soi

Contrôler les lumières chez soi, c’est cool. Mais cela requiert de passer manuellement par une application smartphone. Aussi, si vous êtes en soirée chez des amis, au cinéma ou autres, vous n’aurez pas la main systématiquement sur votre smartphone. Donc le contrôle manuel, c’est certes très bien. Mais pouvoir tout automatiser de manière programmée, c’est mieux.

simulateur presence lumiere

L’hiver par exemple, la nuit tombe rapidement. A 17h ou à 18h, il fait déjà nuit. Or, il s’avère que l’on est encore au travail, ou sur la route. Ainsi donc, il peut être judicieux de programmer automatiquement l’allumage (et l’arrêt) des lumières chez soi. Ceci dit, créer de fausses présences n’est pas non plus un leurre garantit. Mais dans un souci de confort, la programmation automatique de marche/arrêt des lumières est un gain considérable de confort. Pour cela, en général, tout se passe depuis l’application smartphone. Prenons l’exemple avec les ampoules connectées TP-Link et l’application dédiée Kasa.

simulation présence éclairage

Il suffit de se rendre dans l’application Kasa. Depuis cette dernière, on choisit le périphérique connecté à paramétrer. Dans notre cas, ce sera l’ampoule connectée. Mais il est aussi possible de le faire avec un interrupteur connecté TP-Link.

On va donc choisir le périphérique en question, puis on choisit en tout en bas « programmé » (petit logo d’agenda) ou « absent » (logo avec avion). Ensuite, on clique sur le petit « plus » en haut à droite. On va donc créer un nouvel événement. Pour cela, vous aurez les heures par défaut. Notez sur les côtés, vous avez de petites flèches. Cliquez sur l’une d’elles pour avoir le lever et le coucher de soleil. Pour le périphérique connecté, on définit s’il doit s’allumer ou s’éteindre. On choisit ensuite les jours de répétition de cette programmation. Puis on termine par cliquer sur valider. Et voilà ! Désormais l’ampoule s’allumera ou s’éteindra selon ce que vous avez défini.

L’avantage de la programmation est de pouvoir se permettre de ne pas penser à activer ou désactiver manuellement le périphérique. En bref, vous avez la tranquillité d’esprit que votre ampoule s’allumera, tel que vous le voulez. L’inconvénient, c’est que cela se répétera à la fréquence là encore définie. Or, il peut y avoir des jours ou des périodes pendant lesquelles cette fonction ne sera pas utile…

Activer l’allumage ou l’extinction des lumières aléatoirement

La dernière option à laquelle nous allons nous intéresser ici sera un peu plus poussée que de la simple programmation. Comme mentionné plus haut, la programmation basique fonctionnera telle que les paramètres ont été déterminés depuis l’application. Or, si vous avez des produits d’éclairages de marques différentes, les ampoules peuvent ne pas forcément « dialoguer » entre elles. C’est donc pour cela qu’une programmation un peu plus poussée est proposée ici.

IFTTT, pour faire simple

Parmi ces fonctions un peu plus avancées, on va retrouver l’utilisation de IFTTT. Vous pouvez retrouver sur ce blog de nombreux articles qui traitent de l’utilisation de IFTTT.

Le principal avantage de IFTTT, c’est que les appareils connectés de votre foyer seront contrôlés en fonction de la condition définie depuis IFTTT. L’idée reprend en fait le concept de programmation simple. Mais avec IFTTT, vous interagissez de manière indirecte et selon votre mode de vie au jour le jour avec les produits domotique. Par exemple, sous IFTTT, vous pouvez programmer l’allumage automatique de vos systèmes d’éclairage dès lors que vous rentrez dans une zone géographique. Inversement, si vous sortez de cette zone géographique, vos éclairages s’éteignent.

ifttt comment utiliser

Là encore, IFTTT représente une bonne alternative à la programmation simple. Mais IFTTT trouve certaines limites. En effet, comme son nom l’indique, « Si telle condition se réalise » (condition IF), « alors telle action se produit » (THEN THAT). La logique est très binaire. Mais elle est adaptée à de nombreux usages. D’autant que depuis quelques temps, avec IFTTT Maker, il est possible de réaliser plusieurs actions. Mais la plus gros inconvénient de IFTTT repose sur la présence seule d’une condition. En effet, seule une condition peut déclencher une ou plusieurs actions. Le problème, c’est que parfois, plusieurs conditions sont nécessaires pour déclencher une ou plusieurs actions.

Des conditions multiples pour la domotique

Afin de résoudre la limite de IFTTT, certaines applications vont, elles, proposer l’intégration de plusieurs conditions. Jusqu’alors, Stringify était clairement la référence ultime pour faire fonctionner les produits connectés sous plusieurs conditions. Mais depuis la fermeture de Stringify, il est extrêmement difficile de trouver des applications aussi simples et performantes. Faute de mieux, Yonomi et Olisto sont les meilleures alternatives.

Ces deux applications se valent, tant en termes d’ergonomie que de fonctionnalités. En fait, vous êtes totalement libres de choisir laquelle vous convient le mieux. Elles sont tellement similaires que le mieux est de les tester chacune.

Enfin, il est aussi possible d’aller encore plus loin, notamment en proposant des durées aléatoires d’éclairage ou d’activation d’un produit connecté. Pour cela, vous pouvez regarder ici. Microsoft Flow est aussi une solution à exploiter.

Dans tous les cas, que ce soit avec IFTTT, Yonomi, Olisto ou bien d’autres, vous avez l’application sur le smartphone. Et donc, vous avez la géolocalisation. Cette fonctionnalité est très intéressante puisque c’est surtout à partir de celle-ci que vous pourrez créer des scénarios aussi nombreux qu’imaginables.

Pour terminer sur le contrôle des lumière lorsque l’on n’est pas chez soi

Il est évident que la solution ultime n’existe pas en matière de maison connectée à l’heure actuelle. Mais avec un peu de créativité et d’imagination, il est possible de faire des choses intéressantes. Clairement, Stringify était un produit exceptionnel qui s’est malheureusement arrêté trop tôt. Aussi, si vous avez des idées d’applications ou de produits en ligne qui peuvent apporter plusieurs conditions comme alternative à IFTTT, la rubrique commentaires est faite pour ça.

Laisser un commentaire