Comment gérer un cambriolage avec un enfant ?

Enfant et cambriolage : comment gérer ? Si vous êtes tombé(e) sur cette page, ce n’est probablement pas un hasard. Chaque année, des centaines d’enfants sont directement confrontés à la violence de leur domicile cambriolé. Cette violence visuelle et sentimentale peut conduire à certains troubles.

enfant cambriolage

Le problème, c’est que les enfants ne pensent pas et ne réagissent pas de la même manière que les adultes. Ceci est valable pour le quotidien, comme pour les événements stressants. Or, si vous êtes sur cette page, c’est soi qu’il faut rassurer votre enfant car vous venez de découvrir un cambriolage, soit que le cambriolage a eu lieu il y a de cela quelques temps. Dans cet article, nous allons voir comment rassurer et gérer un enfant face à un cambriolage. Puis, dans un second temps, nous verrons comment se comporter avec un enfant victime de cambriolage passé.

Gérer un cambriolage avec un enfant

Vous rentrez chez vous, tranquillement avec votre enfant. Vous êtes à mille lieux de vous imaginer ce qui va arriver. Et pourtant, vous vous êtes fait cambrioler. Le problème, c’est que non seulement vous constatez cette réalité, mais votre enfant est à vos côté. Directement exposé à la surprise et à la violence du choc du cambriolage, il est important de savoir comment et pourquoi réagir de manière adaptée pour votre enfant. En tant que maman ou papa, il est de votre rôle de protéger, éduquer et responsabiliser votre enfant.

Mais un enfant victime de cambriolage ne pense, ne réagit, n’exprime pas les choses de la même façon que les adultes. Si vous êtes donc victime de cambriolage avec votre enfant à vos côtés, voici la démarche à tenir :

gérer enfant cambriolage
Comment gérer un enfant victime de cambriolage ?

Les bonnes pratiques à la découverte d’un cambriolage avec un enfant

  • Ne le mettez pas à l’écart – A la découverte du cambriolage, votre premier instinct sera de laisser votre enfant à l’entrée de votre domicile. Or, si aucun voisin n’est disponible pour s’occuper un peu de votre enfant, que faire ? Faites-le rentrer avec vous. Même si vous le laissez sur le pallier, il aura ainsi la sensation de ne pas être abandonné ou désarmé face à la situation.
  • Ne lui mentez pas – Il n’est jamais bon de mentir. Que ce soit pour un adulte comme pour un enfant, il faut savoir dire les choses. Même si cela peut vous paraitre disproportionné ou que vous avez la sensation que votre enfant ne comprendra pas, dites les choses. De cette manière, il sera plus facile pour votre enfant de comprendre la situation. Même si cette dernière n’est pas claire, vous pouvez lui dire les choses.
  • Rassurez-le et faites « diversion » – L’unes des premières choses à faire avec votre enfant est de le rassurer. Par la suite, pour ne pas que ce dernier ne se focalise trop sur la situation, faites « diversion ». A titre d’exemple, faites en sorte d’envoyer votre enfant dans une pièce de l’appartement ou de la maison qu’il affectionne. Cela lui permettra de se retrouver dans son « cocon ».
  • Ne vous laissez pas envahir par vos émotions – Panique, incompréhension, sensation d’être perdu(e), peurs… Autant d’émotions que vous pouvez (légitimement) ressentir à la découverte d’un cambriolage. Or, le problème avec un enfant, c’est qu’il est la priorité. Pour cela, ne paniquez pas et gardez vos émotions pour vous. En voyant cela, votre enfant sera bien moins stressé.

La réaction des enfants post-cambriolage

Le problème des enfants confrontés à un cambriolage, c’est que l’on ne sait jamais quand les peurs et angoisses vont arriver à leur maximum. Le délai peut être très court, voire immédiat. Mais le délai d’angoisse peut aussi apparaitre bien plus tard, quelques jours, ou quelques semaines à posteriori.

gérer un cambriolage

Le mieux, face à un enfant qui a vécu directement la découverte d’un cambriolage, est de pouvoir passer du temps avec lui. Gérer un cambriolage avec un enfant n’est pas une chose facile. Les réactions et conséquences émotionnelles peuvent prendre du temps. Mais la plupart du temps, votre enfant qui présente des signes de traumatismes va principalement exprimer de la peur de rester seul, de la dépendance envers au moins un des deux parents, une difficulté de séparation, des pleurs, des cauchemars, etc.

Pour l’aider, vous pouvez toujours l’amener voir votre médecin traitant ou un psychologue. Mais la meilleure aide que votre enfant peut recevoir est la votre. A titre d’exemple, n’hésitez pas à parler de ce que vous pensez ou de ce que vous ressentez à propos de la situation. Votre enfant pourra ainsi mieux comprendre ce qui se passe.

Laisser un commentaire

BACK TO TOP